Intervention de Rachida Habri

Publié le par fgab

419780 2727791606018 1594047691 1986366 1483965776 nCette intervention de Rachida Habri a été faite lors du meeting organisé par le Front de gauche le vendredi 9 mars à 20h30, à la salle Pierre-Dux à Argenteuil à l’occasion du lancement de la campagne électorale de Dominique Lesparre et Rachida Habri, candidats aux législatives 2012, soutenu par le Front de gauche sur la 5e circonscription du Val-d’Oise.

"Je suis enseignante depuis des une vingtaine d’années, J’ai longtemps travaillé sur  Argenteuil et je connais bien la situation de notre système éducatif. Comment ne pas  mettre l’accent sur la difficulté que rencontre aujourd’hui l’Ecole en France et particulièrement   dans notre circonscription  depuis déjà plusieurs années. Tout cela en écho avec les orientations de SARKOZY qui assassinent progressivement notre école publique.
Les effets dévastateurs de cette politique sont nombreux ils  se traduisent par des fermetures de classe, par le non remplacement d’enseignants, par des classes aux effectifs surchargés, par le manque de formation des professeurs, la suppression de postes.
Petit rappel de chiffres
11 200 postes ont été supprimés dans l’éducation nationale en 2008, 13 500 en 2009, 16 000 en 2010 et 17000 en 2011 Au total, plus de 66 000 postes supprimés depuis le début du quinquennat, soit 9% des effectifs !
C’est de cette manière que L'État répond à la privatisation
Au final, c’est l’Ecole de la République, laïque et gratuite qui est attaquée dans ses missions.
Nous serions heureux qu’un micro climat épargne notre circonscription des décisions votées à l’assemblée et notamment le non remplacement d’un enseignant sur deux à la retraite. Mais Hélas ce n’est pas le cas ! Argenteuil Bezons par leur  composition sociologique, par leur nombre important d’élèves, par leur croissance démographique souffre d’autant plus de cette pénurie organisée au plus haut niveau.
Aujourd’hui, la politique du gouvernement de droite, soutenue par Georges Mothron à l’Assemblée Nationale, met à mal l’école publique, socle de notre société. Les perspectives ne sont guères réjouissantes. Nous refusons au front de gauche :la marchandisation de l’éducation. la suppression de la carte scolaire ainsi que l’autonomie des établissements et son école à deux vitesses. Stop aux proviseurs-managers !
Notre école, permet à tous d’acquière les valeurs de notre république ainsi que les règles du « vivre ensemble ». Notre Ecole doit  être, à la fois, la "porte du savoir" pour tous les élèves et celle qui assure véritablement « l'égalité des droits des enfants face à l'instruction ».
Les enseignants, les directeurs d’école  mais aussi les parents d’élèves et particulièrement la FCPE ont soulevé les difficultés dans nos écoles primaires mais aussi dans le secondaire.
Nous prenons part bien sûr à toutes les actions qui vont dans le sens de  plus d’enseignants en primaire mais aussi en secondaire, Tout ce qui va dans le sens du  développement du service PUBLIC de l’éducation et de l’augmentation des effectifs des équipes pédagogiques.
NOUS CONSTATONS que  L’Etat veut  créer une « cathédrale du savoir » inaccessible pour le plus grand nombre de nos concitoyens, conduisant à la fragilisation  de la mixité sociale existante dans certaines de nos écoles de quartier
La politique des « coups » doit cesser, le droit au savoir doit être respecté et l’égalité des chances doit être travaillée en amont, en concertation avec le corps enseignant, leurs organisations syndicales, les parents d’élèves, les associations d’Education Populaire, associations socioculture
Avec Jean-Luc Mélenchon, candidat du Front de Gauche à l’élection présidentielle, avec Dominique Lesparre et moi même, nous portons un projet global de société, de transformation sociale, écologique et démocratique. L’Ecole, en tant que pilier de la République sociale, y prend toute sa place.
« Eduquer, Qualifier, Emanciper », telles sont les missions de l’école laïque et républicaine pour mener à bien le changement radical nécessaire …Nous  serons présents, à l’initiative Argenteuil Bezons « Ecole déserte », le 13 mars 2012 aux côtés des parents d’élèves et des enseignants qui se battent pour la défense de ce service public indispensable et vital à notre société.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article