Découvrez le programme du Front de Gauche

lhumain dabordEn Grèce, en Espagne, au Portugal, les dirigeants mènent des politiques en tout point contraires aux programmes sur lesquels ils ont été élus. Fait nouveau, ils ne s’en cachent même pas. Nous n’avons pas d’autre choix que le parjure se lamentent-ils ! C’est ainsi que les Espagnols virent leur premier ministre Zapatero aller à la télévision déclarer qu’il allait une fois de plus annoncer des mesures injustes frappant avant tout les plus pauvres et qu’il était d’ailleurs le premier à les condamner ! Alors pourquoi faire des programmes si c’est pour pleurer à chaudes larmes d’être obligé de les violer ? Quel sens y aurait-il à y consacrer du soin, du sérieux, du temps ? N’est-il pas plus simple de déclarer comme Raffarin que la campagne électorale doit satisfaire à la fois les électeurs et les agences de notation, pour constater, une fois les électeurs rentrés chez eux, que seul subsiste jusqu’à la prochaine élections le verdict quotidien de Moody’s, Fitch ou Standard & Poor’s.

Le défi du Front de Gauche dans ce contexte est donc de convaincre que son programme sera appliqué s’il est élu. Nous ne répondrons pas au doute de nos concitoyens par des arguments de personne ou en protestant de notre sincérité. Zapatero était peut-être sincère, qui sait ? Mais qu’il soit un menteur cynique ou un naïf pitoyable ne change rien pour ceux qui subissent sa politique. Notre programme est donc aussi un outil pour combattre la résignation en montrant que l’on peut de manière concrète et réaliste faire d’autres choix que ceux qui ont dominé ces dernières décennies. L’humain d’abord répond pour cela aux quelques questions essentielles qui sont les conditions de la révolution citoyenne, sans lesquelles ni la planification écologique, ni le partage des richesses ne pourraient voir le jour. Bref il comprend les engagements précis qui font qu’il n’est pas une collection de vœux pieux et un recueil de paroles verbales.

Gouverner face aux banques et à la finance

L’humain d’abord propose d’en finir avec le dogme central de la mondialisation financière : la libre circulation des capitaux. Cette rupture politique est considérable et apparaît sans doute pour beaucoup comme très difficile. Au plan technique, elle est en fait extrêmement simple. La Banque de France connaît les mouvements de capitaux dans notre pays et de notre pays avec le reste du monde. Toute l’expertise technique est ici, dans notre pays. Seule la définition des orientations stratégiques a été délocalisée à Francfort au siège de la BCE. Il suffit donc de reprendre le contrôle de la Banque de France pour pouvoir immédiatement contrôler les mouvements de capitaux, afin par exemple d’en taxer certains voire interdire les plus nocifs.

Ainsi armé, notre gouvernement pourra briser le « mur de l’argent » qui se mettrait sinon en travers de notre politique dès le lendemain de l’élection. Il aurait les moyens d’échapper au chantage à la dette et au pilonnage des agences de notation. En mettant sous contrôle social les banques, nous les obligerons en effet à détenir dans leur bilan des titres de notre dette publique, pour un taux d’intérêt raisonnable. Les attaques spéculatives contre nos bons du trésor pourront être stoppées. Les banques ne pourront résister car elles savent d’avance qu’elles seraient les perdantes d’un bras de fer avec un gouvernement déterminé. Rappelons que sans garantie publique, les banques ne valent pas plus que le papier sur lequel leurs actions sont imprimées. Aucune activité bancaire ne peut se passer du soutien de la Banque Centrale et de l’accord des autorités de régulation dont nous aurons repris le contrôle. Ceci sans même recourir à la menace ultime : ne pas payer la dette, vision d’apocalypse pour tout banquier qui préfère négocier quelque chose que de se retrouver avec rien du tout…

Le contrôle des mouvements de capitaux est également une arme anti-délocalisations. En taxant les investissements directs à l’étranger, dès lors qu’ils visent à exploiter des différences dans les normes sociales ou environnementales, nous pouvons enlever à la délocalisation son intérêt économique.

Donner de vrais droits aux travailleurs dans l’entreprise

Ce combat contre la domination de la finance est magnifiquement détaillé dans le livre de Jacques Généreux « Nous on peut ». Je l’ai aussi rencontré dans la lutte sociale, chez les travailleurs, les militants syndicalistes qui se mobilisent de plus en plus nombreux contre l’application à leur entreprise des exigences des actionnaires. A Gémenos, les Fralibiens combattent la logique financière de Lipton qui veut arrêter une production de pointe pour maximiser la « valeur » pour l’actionnaire. A Ingrandes-sur-Vienne, les salariés de la Fonderie du Poitou refusent les baisses de salaires imposées par une direction stock-option / presse-citron. Ce lien étroit entre notre combat politique pour changer les lois et le combat social pour refuser les exigences actionnariales s’exprime dans le Front des luttes qui s’est mis en place lors de la Fête de l’Humanité.
Si nous voulons une révolution citoyenne, c’est parce que nous savons qu’il ne suffira pas de changer de majorité parlementaire pour inverser le rapport de forces aujourd’hui favorable à la finance. Il faut que les travailleurs aient des droits sur la gestion de leur entreprise car ils sont les mieux placés pour repérer les projets de délocalisation et bloquer les décisions guidées par le seul intérêt des actionnaires. Ils savent comment on pourrait produire autrement des produits plus durables et moins consommateurs de ressources non renouvelables et seront donc des acteurs incontournables de la planification écologique. C’est pourquoi la question des droits des travailleurs dans l’entreprise n’est pas une question à côté des autres, mais un moyen indispensable de notre combat global. On ne remettra pas la finance à sa place sans desserrer aussi l’étau des actionnaires sur les entreprises.

Dès lors il faut que les droits des travailleurs dans l’entreprise ne soient plus seulement consultatifs. Dit autrement, qu’il soit mis des limites aux droits conférés aux propriétaires privés des entreprises, dont le point de vue ne doit plus prévaloir systématiquement sur celui des salariés. Autre instrument avancé par le programme l’Humain d’abord, le soutien à la reprise des entreprises par leurs salariés sous forme de coopératives ouvrières de production (Scop). Nous ne prétendons pas que la coopérative doive devenir la modalité unique de l’activité économique. Mais elle constitue un mode de gestion pertinent dans de nombreux cas, pour réduire les inégalités salariales, relocaliser l’économie, satisfaire des besoins sociaux insuffisamment rentables aux yeux des actionnaires. Et elle est aussi un instrument au service du rapport de forces que nous voulons bouleverser en faveur des salariés. En leur permettant la reprise de leur entreprise sous forme de Scop, nous donnerons en quelque sorte aux salariés le droit de licenciement pour faute grave qui est aujourd’hui l’apanage des patrons.

Balayer le traité de Lisbonne

Autre condition de la révolution citoyenne, balayer le traité de Lisbonne. Celui-ci interdit les points essentiels de notre programme. Avec le traité de Lisbonne, on ne peut refuser la libéralisation des services publics, limiter les mouvements de capitaux, demander à la Banque Centrale Européenne de financer directement les Etats européens. Certes la Commission européenne elle-même a pris désormais l’habitude de s’asseoir sur le traité dont elle est officiellement la garante. Mais nous ne pouvons accepter cette dérive autoritaire de l’Europe qui soumet sans cesse davantage la souveraineté populaire et permet à des commissaires non élus de décider arbitrairement, sans aucun mandat populaire, de s’abstraire des traités négociés et ratifiés par les Etats. Pour notre part, nous annonçons clairement aux électeurs notre volonté de balayer le traité de Lisbonne. Si les Français s’en effraient, ils peuvent le dire dans les urnes. Mais si nous gagnons, nous organiserons un referendum afin d’être mandatés d’une manière démocratiquement incontestable sur tous les points du traité de Lisbonne auxquels nous dérogerons.

Cette désobéissance européenne est la seule manière de réconcilier la construction européenne avec la souveraineté populaire et le progrès social. Si le traité de Lisbonne s’imposait à la volonté populaire, c’est l’idée européenne elle-même qui sombrera lorsqu’inéluctablement les peuples enverront balader cette Union européenne autoritaire et ultralibérale. Notre thèse n’est donc pas celle du repli national, à l’inverse des libéraux qui organisent la guerre économique des systèmes sociaux et fiscaux les uns contre les autres. De plus la désobéissance française aurait un effet d’entraînement dans toute l’Union, exactement comme dans les pays arabes la courageuse révolution du peuple égyptien a donné aux Tunisiens et à tant d’autres dans les pays arabes la force de relever la tête. Notre désobéissance européenne est donc fondée sur des motifs universels, le respect de la souveraineté du peuple, et s’inscrit dans une stratégie internationaliste concrète pour changer d’Europe. Ce n’est pas la bonne manière de changer l’Europe ? Alors qu’on nous en propose une autre ! Et pas celle de la social-démocratie européenne s’il vous plaît, car nous n’avons pas l’intention de réciter pendant des années « et maintenant l’Europe sociale »…

La Constituante pour la 6e République

On ne chassera pas l’oligarchie avec des taux d’abstention record. Car il s’agit d’un seul et même phénomène. Si les oligarques dominent, c’est que le peuple populaire a été écarté du système politique par des institutions de plus en plus censitaires. Il faut en changer pour faire place au peuple. C’est l’objet de l’Assemblée Constituante pour la Sixième République. Les révolutions citoyennes en Amérique Latine ou en Tunisie ont commencé par des Assemblées constituantes. Dans des pays gangrenés par la pauvreté de masse, cette tâche a été mise en œuvre dans les premiers mois des victoires électorales de la nouvelle gauche. C’est ce choix qui a permis de réintégrer dans la société politique tous ceux qui en étaient exclus, indiens ici, femmes là-bas, pauvres partout… et d’engager sur cette base civique et populaire renforcée des changements sociaux majeurs.

Nous voulons la Sixième République pour établir la souveraineté effective du peuple. Celle-ci n’existe pas quand, comme sous la Cinquième, l’élection qui domine la vie politique se réduit à un choc de personnalités, évacuant les grands choix politiques qui sont ainsi soustraits à la décision des citoyens. Celle-ci n’existe pas quand l’intérêt général cède le pas aux intérêts privés qui colonisent sous nos yeux l’Etat et font leur nid dans les services publics. Celle-ci n’existe pas quand la souveraineté populaire s’exerce par éclipses, tous les cinq ans, laissant tout le reste du temps la possibilité au président et à la majorité parlementaire élue dans son sillage de gouverner contre l’avis du peuple.

Avec la Constituante, le programme L’humain d’abord affronte l’une des causes de l’échec de la gauche après 1981. Celle-ci a cru à tort que l’on pouvait changer profondément la société sans toucher aux institutions inventées il y a plus de 60 ans par le général de Gaulle pour un projet politique autoritaire. Au final, non seulement la Cinquième république n’a pas été transformée, mais c’est elle qui a transformé le PS comme on le voit avec l’instauration des primaires.

Partage des richesses et droits sociaux

On ne peut se mobiliser ni exercer pleinement sa citoyenneté quand on est sous la pression du chômage de masse ou que l’on vit dans la hantise des fins de mois. Tel est pourtant le sort d’un nombre croissant de nos concitoyens, avec la paupérisation des salariés au SMIC ou la généralisation de la précarité à des emplois qui étaient jusqu’ici préservés.

Le Front de Gauche défend donc le SMIC à 1700 euros nets dans le cadre de la législature. Le niveau actuel du SMIC le place en effet 100 petits euros au-dessus du seuil de pauvreté. Il suffit d’une panne de voiture coûteuse ou d’une vitre cassée pour qu’un smicard bascule sous ce seuil. Même chose pour un retraité pauvre (c’est pourquoi nous alignerons toutes les retraites sur le SMIC). Nous voulons ainsi faire reculer cette forme particulièrement répandue de précarité, celle de ceux qui doivent renoncer à des besoins essentiels faute de pouvoir les payer.

Nous proposons aussi d’affronter la précarité des statuts au travail. Nous le ferons dans la fonction publique (où le taux d’emploi précaire est supérieur à celui du secteur privé !) en titularisant les 850 000 précaires qui y travaillent déjà. Nous le ferons dans les entreprises privées en instaurant notamment des quotas maximums d’emplois précaires de 5% dans les grandes entreprises et 10% dans les petits, afin de lutter contre le détournement du Code du travail qui prévoit que le CDI soit la norme et tout autre contrat l’exception. Enfin, nous agirons pour nous le plein emploi, avec une politique économique favorable à l’emploi comme par la mise en place d’une sécurité sociale professionnelle qui maintiendra le statut des salariés même après une rupture du contrat de travail.

Emancipation culturelle : se désenvoûter du libéralisme

Mais on ne fera pas la révolution citoyenne uniquement par des changements matériels. Il faudra aussi s’émanciper intellectuellement des puissants et des schémas de pensée qui servent leurs intérêts, comme le consumérisme ou la culture de la guerre de tous contre tous. Cela implique de développer les moyens de l’autonomie de pensée et de la liberté de conscience : l’école laïque, une presse d’information pluraliste permettant à chacun de se faire une opinion. Cela appelle aussi à un combat résolu contre l’invasion publicitaire.

Le programme L’Humain d’abord comble ici encore une grande lacune de la gauche au pouvoir, qui n’a pas su mener la bataille culturelle contre le système, considérant à tort qu’il suffisait d’améliorer la situation matérielle des travailleurs pour changer graduellement la société. Cette a découle aussi de la prise en compte centrale de l’urgence écologiste ou du combat féministe qui appellent l’un comme l’autre des changements profonds dans les mentalités collectives aujourd’hui dominantes.

Vous souhaitez discuter ce programme ? Alors venez participer aux Assemblées citoyennes qui se mettent en place dans le pays pour favoriser son appropriation la plus large. Assistez aux ateliers législatifs qui traduiront ses points forts en textes de loi, lui donnant ainsi la plus grande précision technique et juridique.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :