France : La police peut tirer à balles réelles sur les manifestants

Publié le par fgab

Après avoir enclenché la chute des effectifs de policiers et gendarmes en les contraignant par ailleurs à la fusion, les effectifs de choc, CRS, gardes mobiles, entrainés aux combats de rue se sont étoffés depuis 2007, par de forts recrutements et du matériel de haute technologie... Manquait les armes de guerre dont l'utilisation est sous la menace des mêmes justifications que dans n'importe quelle dictature où c'est la peur de l'autre ou bien la haine qui déclenchera la détente des armes ! L'UMP annonce hors effectifs entrainés aux combats de rue, que les effectifs des Sociétés de surveillance, auxquelles Sarkozy propose une "CHARTE ETHIQUE", dépasseront les effectifs de la police et de la gendarmerie nationale avant 2020.....

 C'est un décret paru le 1er juillet en toute discrétion

 L'état se donne le recours possible d'utiliser des balles réelles sur sa population , calibres 7.62 , qui sont des munitions de guerre , si nécessaire .
Cette loi paru sur le journal officiel est révélatrice : ils se préparent au pire

link

Le décret n° 2011-795 signé le 30 juin 2011 par François Fillon, Claude Guéant et Gérard Longuet stipule que, dans le cadre du maintien de l’ordre public, les forces de l’ordre ont l’autorisation légale d’user d’armes de guerre et de leurs munitions contre les fauteurs de trouble.

Il s’agit plus précisément de « fusil à répétition de précision de calibre 7,62 × 51 mm et ses munitions », arme classifié catégorie 1 soit « armes à feu et leurs munitions conçues pour ou destinées à la guerre terrestre, navale ou aérienne », littéralement.

 Voilà, l’info est là. J’aurais presque envie de m’arrêter là tellement je suis sans voix. Chez nous, en France, historiquement pays des droits de l’Homme, il est possible de se faire abattre en pleine rue pour avoir le culot de défendre ses droits et ses idées !
 
Si le lot de lois liberticides pondues durant ce quinquennat m’inspire un profond dégout pour le gouvernement en place, une nouvelle barrière a été franchie avec ce décret ; il s’agit d’un point de non-retour faisant voler en éclat le principe même de liberté au sein d’une démocratie ! Sans compter que c’est la porte ouverte à toute sorte de bavures qui ne seront pas punies, ni même réprimées. Tu m’étonnes : « On avait le droit ! Ils nous ont envoyé un cailloux ! Même que Bernard l’a reçu sur son bouclier ! »
 
Mais de quoi le gouvernement a-t-il tant peur ? Est-ce qu’il craint que le vent des révolutions arabes n’arrive jusqu’en France devant la nouvelle crise qui se profile ? Est-ce qu’à force d’amitié avec les dictateurs de ce monde, ils en viennent à admirer leurs méthodes ? Après tout, la Chine a une croissance à deux chiffres, elle !

Même si ça devait être le cas, nous sommes dans une démocratie qui, je le rappelle, signifie la souveraineté du peuple ! Si le peuple (dans sa majorité) estime que le gouvernement n’a plus de légitimité et lutte pour cela, il devrait être du devoir du pouvoir en place de démissionner ! Et non pas de disperser la foule avec armes de guerre !

Ce décret n’a tout simplement pas lieu d’être, prône l’état policier et fais un pas de plus vers la construction d’une société orwellienne.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article